Espace membre

Observatoire National de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale

> Accueil > Actualités > Nouveautés > Tendance à la baisse pour la proportion de personnes menacées de pauvreté ou d’exclusion sociale dans l’Union européenne

Tendance à la baisse pour la proportion de personnes menacées de pauvreté ou d’exclusion sociale dans l’Union européenne

Imprimer cette page

[22 novembre 2018]

► Environ 113 millions de personnes dans une situation de pauvreté ou d’exclusion sociale

En 2017, 22,5% de la population de l’Union européenne était menacée de pauvreté ou d’exclusion sociale. Autrement dit, ces personnes étaient affectées par au moins une des trois conditions suivantes : en risque de pauvreté après transferts sociaux (pauvreté monétaire), en situation de privation matérielle sévère, ou vivant dans des ménages à très faible intensité de travail. Après une hausse ininterrompue entre 2009 et 2012, la proportion de personnes menacées de pauvreté ou d’exclusion sociale dans l’UE a depuis continuellement baissé pour s’établir à 22,5% en 2017. La réduction du nombre de personnes confrontées à ces situations dans l’UE est l’un des objectifs clés de la Stratégie Europe 2020.

► Environ 1 personne sur 6 menacée de pauvreté monétaire dans l’UE

En analysant séparément les trois éléments définissant le risque de pauvreté ou d’exclusion sociale, on constate que 16,9% de la population de l’UE en 2017 était en risque de pauvreté après prise en compte des transferts sociaux. Cette proportion de personnes menacées de pauvreté monétaire dans l’UE a diminué par rapport à 17,3% mais demeure au-dessus de son niveau de 2008.

► 1 personne sur 14 en situation de privation matérielle sévère

En 2017, dans l’Union européenne, 6,9% de la population était en situation de privation matérielle sévère – leurs conditions de vie étaient limitées par un manque de ressources. Cette proportion de personnes a diminué par rapport à 2016 et à 2008, et différait fortement selon les États membres.

► 1 personne sur 11 vivant dans des ménages à très faible intensité de travail

Concernant l’indicateur de faible intensité de travail, 9,3% de la population âgée de 0 à 59 ans dans l’UE vivait dans des ménages où les adultes avaient utilisé moins de 20% de leur potentiel total de travail au cours de l’année précédente. Cette proportion a sensiblement baissé par rapport à 2016 et est proche du niveau de 2008. Par rapport à 2008, la proportion de personnes âgées de 0 à 59 ans vivant dans des ménages à très faible intensité de travail a augmenté dans dix-huit États membres, pour lesquels les données sont disponibles, et a baissé dans neuf autres.

Lire le communiqué de presse
Voir l’infographie d’Eurostat

Mentions légales  ¦   ¦  Plan du site  ¦