Espace membre

Observatoire National de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale

> Accueil > Thèmes > PAUVRETE : Conditions de vie, Mesure de la pauvreté, Politiques publiques, Populations > POPULATIONS : Enfants et jeunes (dont issus de l’aide sociale à l’enfance), Personnes handicapées, Familles, Femmes, Personnes sans-domicile, "Publics invisibles", Migrants et gens du voyage, Retraités et personnes âgées > Retraités et personnes âgées > La pauvreté compte parmi les principaux facteurs d’isolement chez les personnes âgées

La pauvreté compte parmi les principaux facteurs d’isolement chez les personnes âgées

Imprimer cette page

[23 octobre 2017]

L’étude « Solitude et isolement quand on a plus de 60 ans en France en 2017 », menée auprès de 1 800 personnes âgées par l’institut de sondage CSA pour l’association et fondation Les petits frères des Pauvres, s’est intéressée aux rapports à la solitude des personnes âgées ainsi qu’aux situations et intensités d’isolement auxquelles cette classe d’âge peut être confrontée.

Si l’étude fait état d’une situation globalement positive pour les personnes âgées, certaines d’entre elles connaissent des situations particulièrement difficiles. Trois grands sujets de préoccupation se font ainsi jour, sur lesquels ce travail attire fortement l’attention :

- La « mort sociale » : d’après les projections, sur les 14,7 millions de personnes âgées de plus de 60 ans en France, 300 000 ne rencontrent quasiment jamais ou très rarement d’autres personnes et cumulent ainsi les quatre types d’isolement identifiés : familial, amical, voisinage, réseau associatif. Les femmes de plus de 75 ans et aux revenus modestes sont particulièrement concernées par cette situation.

- L’exclusion numérique : alors que les administrations multiplient désormais les démarches en ligne, la dématérialisation progressive des démarches administratives pénalise de nombreux seniors et participe à l’augmentation du non-recours aux droits. 31 % des plus de 60 ans, 47 % des plus de 75 ans et 68 % des plus de 85 ans n’utilisent jamais Internet pour diverses raisons : faute de connexion, de familiarité avec l’outil mais aussi d’argent pour s’équiper et s’abonner. C’est dans les Hauts-de-France qu’ils sont les plus nombreux : 46% des plus de 60 ans, contre 31% sur l’ensemble du territoire.

- Les ruptures de sociabilité dues au grand âge : à partir de 85 ans, les personnes âgées voient leur nombre de sorties et de contacts en tous genres se réduire de façon significative. La perte d’autonomie est un facteur aggravant de la solitude et de l’isolement.

De manière générale, plus les revenus sont faibles, moins les personnes âgées ont de contacts avec leur famille, leur voisinage, les commerçants, moins elles peuvent s’investir dans le secteur associatif et plus elles éprouvent le sentiment de solitude. La pauvreté, cumulée avec l’avancée vers le grand âge, exacerbe l’invisibilité des personnes âgées isolées.

Dans le prolongement de cette étude, Les petits frères des Pauvres formulent 14 propositions pour lutter contre l’isolement des personnes âgées, combattre l’exclusion numérique et créer des conditions favorables pour le quotidien des personnes âgées.

Consulter le dossier de presse et la synthèse de l’Institut CSA sur le site des petits frères des Pauvres

Sur le même sujet, lire la Note d’analyse et de synthèse « Les trois formes de solitude » de la Mission Analyse Stratégique, Synthèses et Prospective (MASSP) de la Direction Générale de la Cohésion Sociale sur le site de l’ONPES.

Mentions légales  ¦   ¦  Plan du site  ¦