Espace membre

Observatoire National de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale

> Accueil > Thèmes > PAUVRETE : Conditions de vie, Mesure de la pauvreté, Politiques publiques, Populations > Politiques publiques > Le retour des domestiques : comment les politiques publiques de soutien à la personne structurent de nouvelles inégalités ?

Le retour des domestiques : comment les politiques publiques de soutien à la personne structurent de nouvelles inégalités ?

Imprimer cette page

[22 février 2019]

 

Le retour des domestiqueslocal/cache-vignettes/L200xH293/139904_couve9aa7-51984.jpg?1550657903 Depuis plusieurs décennies, la France soutient activement les emplois de services à la personne. Aujourd’hui, le secteur compte 1,2 million de salariés, représentant plus de 5 % de l’emploi total. Malgré ce succès apparent, cette stratégie n’est ni efficace ni juste. Elle crée un faible nombre d’emplois en comparaison de leur coût public. Précaires et mal rémunérés, ces emplois "bas de gamme" contribuent à la polarisation de notre société, ainsi qu’à l’augmentation des inégalités ethniques et de genre. En outre, l’État subventionne des services de confort pour les plus aisés, au détriment des services publics ouverts à tous. C’est ainsi qu’on en revient à une société de domestiques, comme au XIXe siècle, avec de "nouveaux pauvres" au service de "nouveaux riches". Heureusement, plusieurs pistes existent pour sortir de ce contre-modèle.

 

 

En décembre, le LIEPP a eu le plaisir d’organiser un séminaire autour de la sortie de l’ouvrage de Clément Carbonnier et Nathalie Morel, en présence des discutants : François-Xavier Devetter, professeur en sciences économiques à l’Université de Lille et Rachel Brishoual, secrétaire générale de la fédération UNSA (Services, Activités Diverses, Tertiaires et Connexes)

 

Mentions légales  ¦   ¦  Plan du site  ¦