Espace membre

Observatoire National de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale

> Accueil > Thèmes > PAUVRETE : Conditions de vie, Mesure de la pauvreté, Politiques publiques, Populations > Politiques publiques > Communiqué de presse de l’Onpes - Que coûtent effectivement les « aides sociales » ?

Communiqué de presse de l’Onpes - Que coûtent effectivement les « aides sociales » ?

Imprimer cette page

[18 juin 2018]

La question du coût excessif et de l’inefficacité supposée des « aides sociales » se trouve de nouveau mise au-devant de l’actualité, dans le cadre d’un débat plus général sur l’utilité des aides. Témoin depuis près de deux décennies du rôle joué par les prestations sociales dans la lutte contre la pauvreté et l’exclusion, l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (ONPES) se doit de livrer quelques éléments factuels.

Extrait

Ces aides sociales sont-elles efficaces ?

Si par efficacité il faut entendre la capacité à réduire de manière comptable la pauvreté, la réponse est clairement positive. L’ensemble des transferts sociaux (sans la fiscalité) abaisse de près de 7 points le taux de pauvreté monétaire au seuil de 60 % du niveau de vie médian. En leur absence celui-ci s’élèverait à 21 % et non à 14 % environ. Cet impact est encore plus fort si l’on considère non plus le taux mais l’intensité de la pauvreté. Autrement dit, ces prestations et ces aides constituent un vrai rempart contre le risque de tomber dans l’extrême pauvreté que l’on situe généralement autour d’un seuil de l’ordre de 670 euros par mois, pour une personne soit à 40 % du niveau de vie médian de l‘ensemble de la population. De fait, depuis 2010 et malgré l’aggravation du chômage de longue durée depuis 10 ans, la proportion de personnes vivant en dessous de ce seuil est restée stable autour de 3,5 %, ce qui correspond à 2,15 millions de personnes. Le filet français de sécurité contre la grande exclusion fonctionne. Le Comité européen de protection sociale qui siège auprès du Conseil des Ministres des affaires sociales note dans son dernier rapport annuel de 2017 qu’en France, l’impact des transferts sociaux pour la réduction de la pauvreté des personnes en âge de travailler est significativement supérieur à ce qu’il est en moyenne dans l’ensemble de l’Union européenne (43 % contre 33 %) ; corrélativement, l’intensité de la pauvreté y est très sensiblement plus faible qu’en Europe en moyenne (15,7 % contre 24,8 %). Le rapport qualifie de « points forts » ces aspects de la stratégie française « d’inclusion active » liés à la robustesse du filet de la protection sociale.

Accéder au communiqué de presse :

Communiqué de presse de l’Onpes - Que coûtent effectivement les « aides sociales » ? (PDF - 145.7 ko)

Mentions légales  ¦   ¦  Plan du site  ¦